JAKOB Martin

http://martinjakob.ch

1989, Saint-Aubin-Sauges | travaille à Neuchâtel

Jakob M.
Martin Jakob, Tension, 2015, multiprises, bois mélami- né, crochets métalliques, 56 × 32 × 20 cm. © photographie : Annik Wetter, 2015

Martin Jakob obtient un Bachelor en arts visuels à l’ECAV à Sierre, en 2012. Depuis lors, il expose ses travaux dans de nombreuses expositions person- nelles et collectives, dont une, en 2015, au Pavillon Le Corbusier à Paris. L’artiste a en outre gagné plusieurs prix et bénéficié d’une bourse du canton de Neuchâtel, en 2014, pour séjourner à Berlin.

FOCUS SUR MARTIN JAKOB

Martin Jakob manie l’ordinaire. Le quotidien, par son travail, subit transformations et déplacements dans des jeux de matière, de forme et d’équilibre. Suivre son regard nous permet de voir le potentiel d’un objet ou d’un matériau brut dont il souligne les caractéristiques en un geste simple. Rien dans ses assemblages, ses installations ou ses sculptures n’est précieux ou travaillé. Ce qui est en général caché, l’envers du décor, ce qui sert d’habitude à construire, il le met en lumière, montrant l’évidence des formes et les tensions qu’elles suscitent. Ainsi il prive les choses de leurs fonctions pour en faire de l’inutile : des œuvres d’art. Ces œuvres semblent pouvoir se prolonger indéfiniment comme si elles étaient des instants figés dans le processus de création. Ce sont des hommages au travail dans l’atelier, à la spontanéité du geste de l’artiste qui, se refusant à montrer la représentation trom- peuse d’une idée ou l’image déformée du réel, prône le faire et nous montre à nu ce qui lui est le plus proche : ses outils, la matière. Par ce travail de déconstruction puis de reconstruction selon des règles qui lui sont propres, l’artiste nous livre une autre conception d’un monde indéchiffrable et pourtant si familier.

Liza Trottet