ROUECHE Denis

http://denisroueche.ch

1987, Neuchâtel | travaille à Neuchâtel et à Lausanne

Roueche D.
Denis Roueche, Champ de bataille, 2015, bois, hauteurs variables (max. 7 m). © photographie : Prune Simon-Vermot
ROUECHE Denis, Denis Roueche, 1987
ROUECHE Denis, Denis Roueche, 1987
ROUECHE Denis, Champ de bataille, 2015
ROUECHE Denis, Champ de bataille, 2015
ROUECHE Denis, Montagne, 2010
ROUECHE Denis, Montagne, 2010
ROUECHE Denis, Nature morte, 2010
ROUECHE Denis, Nature morte, 2010
ROUECHE Denis, Podiums 1, 2, 3 et 5, 2014
ROUECHE Denis, Podiums 1, 2, 3 et 5, 2014

Denis Roueche obtient un Bachelor en 2012 à l’ECAL à Lausanne en design graphique. En plus de sa pratique personnelle et interdisciplinaire, il est chargé de cours à l’ECAL et assistant à l’EPFL+ ECAL Lab à Lausanne. Il participe à de nombreuses expositions notamment le GRAND Prix Romand de la Création en 2013 et 2014, la 26e Biennale internationale de design graphique à Brno (CZ) en 2014 ou encore le Best of Swiss Graphic Design à Zurich en 2015. Avec Prune Simon-Vermot, il ouvre le Palais à Neuchâtel en 2015. Ses œuvres ont intégré diverses collections, notamment celles de la ville de La Chaux-de-Fonds et du mudac à Lausanne.

 

FOCUS SUR DENIS ROUECHE

 

Si certains artistes s’adonnent à une pratique obsessionnelle ou tentent de faire aboutir leurs créations par une quête préalablement définie, la production artistique de Denis Roueche demeure, quant à elle, ouverte à toutes perspectives : Il n’y a pas de systématique, explique-t-il :

Sculpture, installation, performance ou graphisme, pourquoi se limiter à un médium quand tous sont bons à matérialiser ses idées ? Personnellement, je préfère réagir. Réagir à la contrainte, s’adapter à l’instant, considérer le lieu, voilà le moteur de sa créativité. En 2016, il exploite ainsi l’onomatopée suggérée par le titre de l’exposition « PAN » ! (Quartier Général, La Chaux-de-Fonds). Il orchestre alors une performance, invite des serveurs au vernissage, les habille en lapins et charge un sniper masqué de viser les invités avec son arme. Lorsqu’en 2014 se profile le projet d’une exposition dans la commune des Brenets, il découvre les réticences qu’a récemment suscitées un projet d’implantation d’un bâtiment d’une célèbre marque de luxe dans le village. Le voilà donc à ériger en 2014 de faux gabarits de chantier (« Cartier ») curieux de provoquer une nouvelle fois des réactions chez les habitants.

Comme souvent, la technique se veut minimale, les gestes de l’artiste réduits autant que possible. Jouant de l’infime limite entre abstraction et figuration, les formes — bien que simplifiées — aboutissent à un motif identifiable de manière spontanée. S’il n’est pas un fervent militant, il s’amuse à suggérer le débat comme le ferait un enfant qui, à coups de « pourquoi ? » incessants, se contente de poser des questions innocentes, mais pertinentes, sur ce qui l’intéresse. La création artistique lui permet d’ailleurs de retrouver la naïve imagination du bambin qu’il était en réalisant, non sans humour et réflexion, ce qui n’était auparavant qu’un univers rêvé.

 

Lisa Junod