BLASER Rolf

rolf-blaser.ch

1961, Soleure | travaille à La Chaux-de-Fonds

Blaser R.

En 1984, Rolf Blaser obtient un diplôme dans la section graphisme de l’école des arts visuels de Bienne. Il s’installe à La Chaux-de-Fonds en tant que peintre indépendant en 1988 et présente ses œuvres régulièrement dans de nombreuses ex- positions personnelles et collectives. Son travail est récompensé par plusieurs prix et bourses, notamment, en 2004, par le Preis für Malerei du canton de Soleure et, par une bourse du canton de Neuchâtel, en 2001, pour séjourner à Berlin.

FOCUS SUR ROLF BLASER

Ce qui frappe dans les peintures, gouaches ou dessins de Rolf Blaser, c’est d’une part l’omniprésence de la figure humaine. Qu’il s’agisse de por- traits, d’études de corps ou de groupes, les corps d’hommes et de femmes, souvent nus, sont ex- ploités sous toutes leurs facettes et se modèlent à l’infini dans de nouvelles poses. Blaser vise à illustrer des corps dans leur vérité, montrant les imperfections et les limites de cette enveloppe charnelle. Son travail est marquant, profond, tou- chant et ne laisse pas indifférent, d’autant plus que de nombreuses œuvres sont peintes en grand format. D’autre part, une forme de violence contenue est sous-jacente dans ses compositions, montrée par les coloris, les postures des corps ou les coups de pinceau.

La représentation du corps humain s’inscrit dans une longue tradition de l’histoire de l’art, mais Blaser la dépasse et par sa technique ou par la position de ses corps, la transcende et en tire une interprétation toute personnelle, intemporelle et bestiale. L’artiste, tel un metteur en scène, dispose ses corps de manière à les ériger en symboles sans prise possible au temps, intenses et éternels, en suspens. Leur nudité, renforcée par le dépouillement des compositions, les universalise et les place sur un pied d’égalité absolu. Blaser va donc à l’essentiel, il ne se préoccupe pas de détails superflus.

La matérialité dans son travail joue un rôle à part entière. Il pose des aplats de peinture en couches successives, ce qui amène une profondeur et un relief supplémentaires aux corps, une résonance profonde. Son œuvre est ainsi une plongée dans l’histoire de ses personnages. C’est l’Homme dans son plus simple appareil que Blaser veut représenter, un Homme fragile et contingent, mais présent éternellement à travers ses tableaux.

Laetitia Neier